VSI - VERS UNE SOCIÉTÉ INCLUSIVE

Projet financé par l’Université de La Réunion (Dispositifs incitatifs AAP – INCITA 17-04)

Durée : Juin 2017 – décembre 2017 (phase 1)

Coordination : Liliane Pelletier

Réalisation

L’exploration de la diversité des pratiques innovantes des acteurs de l'École à La Réunion et à Mayotte est réalisée par le laboratoire Icare, EA 7389, à l’Université-ESPé de La Réunion.

Du laboratoire Icare, sont impliqués : Liliane Pelletier (MCF), Thierry Gaillat (MCF), Jacques Kerneis (MCF stagiaire) Maryvonne Priolet (MCF), Michaël Vauthier (MCF), Flavie Plante (docteure chercheure associée), Christian Petit (docteur chercheur associé), Cécile Pedro et Aurore Salvan (assistantes de recherche).

Sont impliqués d’autres laboratoires de recherche : Abal-Kassim Cheik Ahamed (MCF, Université de La Réunion, LIM), Julie Dumonteil (MCF, Université de La Réunion, DIRE), Nicolas Moreau (PU, Université de La Réunion, CEMOI), Eric Delamotte (PU, université de Rouen, GRHIS), Delphine Odier-Guedj (Université du Québec à Montréal, Cerfa).

Sont impliqués des professionnels : Maurice Berne (proviseur Lycée Saint Paul IV), Denis Ouin (IEN, Conseiller technique maternelle, Doyen du collège des IEN 1er degré), Maximin Astourne et Evelyne Ollivier (IEN ASH), Anne-Sylvie Pasques (Médecin Directrice du SUMPPS).

Sont impliqués des étudiants du master MEEF « recherche en éducation » : Bardy Marie-Laure, Beauvoir Elodie, Body Delphine, Chizat Marie-Hélène, Hoareau Marine, Maleck Aissa, Marel Hoareau Marie-Sylvie, Nagou Carine, Nayagom Maëva, Pedro Cécile, Pelletier Liliane, Pombayen Soupramanien Laëtitia, Salvan Aurore, Sandalom Jean-Erick.

Contexte de l’étude

Trois éléments majeurs ont favorisé l’émergence de ce projet : les deux premiers concernent la formation avec d’une part, la mise en place du nouveau certificat d’aptitude professionnelle aux pratiques de l’éducation inclusive (CAPPEI) et d’autre part, la création depuis l’an dernier d’un master MEEF en formation continue intitulé « accompagnement et intervention auprès des publics dits à besoins éducatifs particuliers » (AIBEP). Enfin l’élément principal réside dans la rencontre entre Liliane Pelletier, enseignante-chercheuse rattachée au laboratoire ICARE et porteuse du projet VSI et Delphine Odier-Guedj, professeure à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) dont les recherches portent sur la scolarisation des élèves ayant des troubles qui touchent à l'interaction et sur l'accompagnement de leurs enseignants pour des pédagogies interactionnelles, avec la prise en considération de la place des familles et de la culture, dans une perspective inclusive. Cette chercheuse québecoise a pu apporter son expertise ainsi qu’un accompagnement solide pour la mise en route de ce chantier de l’éducation inclusive dans l’académie de La Réunion.

Objectifs

Ce premier volet de recherches consiste en une première exploration des pratiques inclusives tout au long et tout au large de l’Ecole à La Réunion et à Mayotte.

Les objectifs de cette étude sont les suivants :

  • Dresser un premier état des lieux des pratiques pédagogiques et collaboratives qui soutiennent l’inclusion.

  • Repérer des facilitateurs et des freins à la scolarisation des publics dits à besoins éducatifs particuliers (élèves, collégiens, lycéens, étudiants, adultes en formation).

  • Rechercher les conditions favorisant la participation de chacun des acteurs au sein du collectif en croisant les regards sur les pratiques observées en situation.

  • Identifier les besoins réels de l’ensemble des acteurs impliqués pour envisager ensuite une mise en œuvre concrète et durable de changements de pratique accompagnée par des chercheurs locaux dans une démarche de recherche-intervention selon quatre visées :  le «pour» qui vise à répondre concrètement à la préoccupation des acteurs de terrain, le «sur» qui préserve l'exigence de la démarche scientifique et l'élaboration de connaissances (choix méthodologiques en adéquation avec la philosophie du projet), le «avec» qui privilégie une démarche participative et l'association des acteurs de l’inclusion à la Réunion (association dans la construction d’outils, administration de ces outils (enquête par exemple), analyse des résultats, élaboration de propositions) et enfin, le «par» qui, spécificité des Sciences de l'éducation, pense le projet « vers une société inclusive » comme émancipateur pour l’ensemble des acteurs impliqués.

  • Valoriser les travaux scientifiques réalisés (publications et colloque qui se tiendra du 22 au 24 octobre 2018 à l’université de la Réunion, sur le site du Tampon : Vers une société inclusive : diversités de formations et de pratiques innovantes) et développer de nouveaux partenariats autour des interventions éducatives auprès des publics à besoins éducatifs particuliers et des recherches sur l’éducation inclusive en contextes.

Recueil des données

Le recueil de données qualitatives a duré de novembre à fin décembre 2017 (phase 1 du recueil dans le cadre d’INCITA 17-04) et il va se poursuivre de février à juin 2018 (phase 2) pour obtenir suffisamment d’informations relatives aux différents axes du projet « Vers une société inclusive » et permettre de croiser les regards des différents acteurs sur la question de l’inclusion :

1- Pratiques collaboratives innovantes et apprendre ensemble avec :

  • étude du « collectif » famille-Ecole en classe passerelle - Académie de La Réunion (Liliane Pelletier) – 6 classes passerelles de l’académie de La Réunion

  • étude du « collectif » étudiants-chercheurs - CUFR de Mayotte  (Jacques Kerneis et Maryvonne Priolet)

2- Pratiques pédagogiques innovantes et qualité de vie avec plusieurs terrains d’investigation :

  • étude du lien entre pratiques pédagogiques innovantes et qualité de vie

    • au lycée Le Verger (Julie Dumonteil)

    • au lycée G. Brassens (Christian Petit)

    • dans 3 écoles primaires Bernica, Plateau caillou et Primat (Michaël Vauthier)

    • à l’école des métiers d’accompagnement de la personne - EMAP (Flavie Plante)

  • Un axe transversal : analyse des pratiques langagières au service de l'inclusion (Thierry Gaillat)

Les données sont principalement recueillies via des observations, des questionnaires et des entretiens de groupe (phase 1). Deux types de collecte de données seront envisagées sur les mêmes terrains d’investigation en phase 2 :

  • Enregistrement vidéos en situation de classe et/ou en réunion (formelle/informelle)

  • Entretiens d’auto-confrontations à partir du visionnage des séquences vidéos sélectionnées

Partenariat

Académie de La Réunion – EMAP – CUFR de Mayotte - MGEN – SUMPPS UR