Jérémie Bride

Jérémie Bride a soutenu sa thèse en janvier 2015 à l’Université de Franche Comté (UFC).

 

Section CNU : 74ème section

 

Directeur de thèse :WALLIAN Nathalie

Co-Directeur : LOIZON Denis

 

Membres du Jury :

  • AOKI, Saburo, Professeur à l’Université de Tsukuba, Japon

  • BRAU-ANTONY, Stéphane, Professeur à l’Université de Reims

  • LEBAUD, Daniel, Professeur à l’Université de Franche Comté

  • IKAWA, Toru, Professeur à l’Université de Ashiya, Japon  

  • LOIZON, Denis, MCF à l’université de Bourgogne (co-Directeur)

  • WALLIAN, Nathalie, Professeur à l’Université de Franche Comté (Directeur)

 

Statut et poste actuel : MCF à l’Université de Tsububa (Ibaraki, Japon) et chercheur associé au lanoraoire ICARE

 

Titre de la thèse soutenue :

Le karaté, patrimoine vivant immatériel. Médiation interculturelle des pratiques japonaises/françaises

 

Résumé de la thèse :

Art martial inscrit dans une tradition sino-japonaise et bouddhiste, le karaté constitue un patrimoine vivant immatériel. Issus de différentes écoles de style, les Grands Maîtres perpétuent les pratiques d’une part en assurant la relève et d’autre part en régulant leurs formes recevables. L’objet de cette thèse porte sur les modalités et conditions par lesquelles la médiation interculturelle des pratiques de karaté s’opère en contexte de globalisation et sous l’effet du temps et des Maîtres.  Quatre études complémentaires forment la démarche. 1) L’étude préliminaire restitue le macrocontexte socio-historique des trajectoires migratoires du karaté incarné par des maîtres et des écoles. 2) L’approche ethnographique d’entraînements japonais (cinq dojos remarquables) décrit et modélise les pratiques originelles en regard de formes reconfigurées. 3) L’approche contrastive des discours de Grands Maîtres dans leurs récits de vie (N enquêtés = 4 japonais + 4 français) fait l’objet d’une analyse de contenu. 4) La micro-étude du kata respiratoire Tenshô permet de restituer la dimension anthropo-culturelle du karaté en regard des invariants partagés avec d’autres arts patrimoniaux japonais.  Les résultats montrent que la médiation interculturelle des pratiques entre le Japon et la France génère des formes d’enseignement inédites qui prennent un sens culturel hautement contextualisé. La dimension anthropo-didactique de l’enseignement du karaté est identifiée aux fins de questionner les modalités de médiation interculturelle dans la perspective d’une mise en dialogue des altérités.

 

Mots-clefs : pratique sociale patrimoniale, karaté, médiation interculturelle, anthropo-didactique