Projet INTER-CRI

L’interculturel critique : fondements, enjeux et perspectives

 

Thème 1 : Plurilinguisme et interculturalité

1A- Interculturalité

1B-Apprentissages en contextes multilingues et éducation au plurilinguisme

 

Présentation du projet : L’interculturel critique

L’assimilationnisme, le multiculturalisme et l’utilisation galvaudée du vocable interculturel taisent la complexité des contacts socioculturels et des défis de la diversité. Il importe de montrer, en conjuguant recherches de terrain et réflexion théorique et épistémologique, la pertinence du paradigme de l’interculturel critique quant à la co-construction du commun à travers la diversité et l’altérité.

Dans un second temps, l’une des focales retenues aura pour objet le cas particulier des dynamiques de contacts entre Comoriens et Mahorais installés à l’île de La Réunion et la population réunionnaise fréquentant l’université . Sera notamment développée une approche réflexive et critique des étudiants réunionnais dans leurs rapports à ces deux populations.

 

Acronyme : INTER-CRI

Membres Icare impliqués :

Driss ALAOUI, Pierre-Eric FAGEOL, Christian PETIT

Partenariats :

A. LENOIR, professeure, École de travail social, Université de Sherbrooke

 

Contexte de la recherche 

Depuis quelques années, on assiste à une montée du nationalisme et du populisme en Europe, accompagnée d’un discours facilitant la perception de l’autre comme « impur » et source de tous les maux, ce qui pourrait exacerber des comportements hétérophobes, xénophobes… Soustraites à la réflexion critique, ces tensions constituent un danger pour la diversité et l’altérité et menacent le faire et le vivre ensemble.

A La Réunion, l’installation des Comoriens et Mahorais a suscité plusieurs réactions individuelles et collectives (inscriptions, marginalisation, stigmatisation, rejet…), rarement questionnées de façon critique. L’École est l’un des lieux où ces réactions se donnent à voir et à entendre. Ce contexte semble propice pour mener de façon systématique une recherche sur le rapport à l’autre, l’interculturel critique (Alaoui et Tupin, 2013) constituant alors une alternative dotant le sujet connaissant d’un pouvoir réflexif et critique.

 

Cadre théorique 

Bien que la référence à l’interculturel critique soit récente, ce dernier ne relève pas d’une élaboration ex nihilo. L’analyse de la littérature dans ce domaine laisse voir que la réflexion critique et le souci de prémunir l’interculturel de certaines dérives (essentialisme, culturalisme…) constituent une constante depuis les années 1980 (Abdallah-Pretceille, 1986, 1989, 2003 ; Camilleri, 1975, 1989, 1993 ; Clanet, 1986,1990 ; Demorgon 2004, 2005). Afin de poursuivre ce travail de construction, objectif principal de ce projet, le recours au paradigme de la complexité, à l’histoire, à l’anthropologie, à la psychanalyse, au constructionnisme social… constitue un cadre disciplinaire pluriel. L’interprétation et la compréhension des données recueillies à La Réunion se feront en référence à ce cadre théorique pluriel permettant d’articuler, dans une perspective complémentaire, les différentes références qui le composent.

 

Problématisation et hypothèses 

La parcellarisation, la fragmentation, l’unidimensionnalisation et le réductionnisme sont à la fois des signes d’une crise paradigmatique et des obstacles épistémologiques occultant  l’accès à la complexité qui caractérise la diversité et l’altérité en tant que composantes majeures de l’existence humaine. Ce constat invite, en référence aux précurseurs de l’interculturel, à nourrir conceptuellement, théoriquement et épistémologiquement l’interculturel critique. La réalisation de recherches empiriques est ici l’occasion d’évaluer la pertinence et le bien-fondé de cette nouvelle orientation de l’interculturel. L’heure n’est plus à la description des cultures ou des diversités comme des produits achevés mais à l’examen fin et critique des rapports que des sujets pluriels ont à autrui dans un contexte mondialisé. En occultant les perceptions et les interprétations singulières et leur inscription dans des dynamiques interactionnelles et intersubjectives, les conceptions statiques de la culture participent à la rigidification/dégradation des rapports interhumains et s’érigent comme obstacle au changement. La priorité est à l’organisation des mises en altérité ainsi qu’à la compréhension des altérations qui en découlent.

Selon notre hypothèse principale, la conscientisation critique structurée par la mobilisation de trois modes de pensée complémentaires (pensée critique, pensée réflexive et pensée complexe) dans le cadre du journal interculturel critique favorise le processus d’altération et améliore qualitativement le rapport aux autres (ici une étude de cas sera spécifiquement consacrée aux dynamiques interculturelles entre les populations comoriennes, mahoraises et réunionnaises).

 

Méthodologie et perspectives d’analyse 

Le journal interculturel critique est à la fois un dispositif de mise en altération et un outil de recueil des données permettant de consigner les points de vue et ce qui se dégage de la dialectique de la reprise lors des réactions réflexives et critiques.

Les données obtenues seront traitées en référence à l’analyse de contenu.

 

Terrain investigué

Ce projet a comme terrain d’investigation le milieu universitaire réunionnais.

 

Résultats attendus / Retombées 

=> Organisation d’un symposium à l’occasion du 20e congrès de l’AMSE en 2020.

=> Publication d’un ouvrage intitulé « Les enjeux et défis de l’interculturel : une réflexion critique » sous la direction d’Annick Lenoir et Driss Alaoui. 2019.

=> Publication d’un ouvrage présentant le journal interculturel critique ainsi que les résultats obtenus.

=> Présentation des résultats partiels à l’occasion du colloque ; "La société inclusive à l’épreuve de l’interculturel : questions vives, terrains et pratiques ", Université de Créteil, 2019.

=> Publication d’un article intitulé « Le journal interculturel critique : un dispositif pour une intervention éducative émancipatrice. Revue Sciences de l’éducation.

=> Publication d’un article intitulé « Le journal interculturel critique : du questionnement au changement. Revue Mélanges Crapel

 

Perspectives de valorisation 

=> Élargissement du cercle de réflexion sur l’interculturel critique de sorte à lui donner une véritable dimension internationale.

=> Adaptation du dispositif du journal interculturel critique au public du second degré.

=> Proposition de prise en compte des résultats les plus saillants de ce projet dans la formation des enseignants à l’ESPE de La Réunion.