Thème 1. Plurilinguisme et interculturalité

Les travaux envisagés dans le cadre du thème 1 du projet du laboratoire Icare s’inscrivent dans la continuité des études menées au cours des cinq dernières années et dans la lignée de travaux plus anciens de membres statutaires et associés du laboratoire (Prudent, Tupin, & Wharton, 2005 ; Randriamarotsimba & Wharton, 2008 ; Tupin, Françoise, & Combaz, 2005). Ils répondent à un besoin de recherche et d’intervention sur des questions sociales vives dans les pays et territoires, notamment de la zone Sud-Ouest de l’Océan indien et plus généralement d’Afrique francophone subsaharienne, caractérisés par des situations de pluralité tant au niveau des langues que des cultures en présence. Ils entendent étudier des crises de l’apprentissage que les recherches au sein du laboratoire (projet EVAL-PROF-OI par exemple), mais aussi de grands rapports internationaux (International Bank for Reconstruction and Development, 2018 ; UNESCO, 2011) ne manquent pas de souligner.

Les recherches effectuées dans le cadre du présent thème porteront sur l’éducation, l’apprentissage et  l’inclusion au pluriel. Fortement contextualisées, marquées par des approches méthodologiques plurielles et irriguées par les diverses disciplines de rattachement des chercheurs, elles apporteront sur les enjeux sociolinguistiques, didactiques, interculturels et de politique éducative des éclairages complémentaires permettant notamment des comparaisons entre terrains, avec une prédilection pour les territoires du Sud-Ouest de l’Océan indien sans cependant se limiter à cette zone géographique.

Ces recherches visent autant la production de savoirs sur les questions abordées et les terrains étudiés que l’intervention sur la base de ces savoirs. Il s’agit ainsi de répondre à un besoin social de connaissance et de formation (notamment en direction des enseignants) et de transformation sociale dans les pays de la zone où le rayonnement scientifique du laboratoire s’exerce de façon privilégiée.  Les EC du thème 1 entendent également contribuer, par des actions menées avec des chercheurs d’universités de la zone Sud-Ouest de l’Océan indien, à consolider des liens de coopération scientifique existants et à structurer  la recherche en éducation au niveau régional.

Le thème 1 se structure en deux sous-thèmes complémentaires. Ceux-ci sont présentés de façon indépendante, mais il va de soi que des ponts seront établis et que des actions de recherche commune s’inscriront dans les deux sous-thèmes.

Sous-thème 1A - Interculturalité                              

Nos recherches antérieures relatives aux rapports à la diversité et à l’altérité en milieu scolaire réunionnais ont permis d’établir un constat laissant voir un affaiblissement du faire ensemble, des attitudes de rejet de l’autre, des comportements de déni de reconnaissance et paradoxalement le recours à un interculturel « mou », réductionniste et simpliste conduisant vers des dérives essentialistes et culturalistes. A ce constat s’ajoutent, sur le plan international, des tentatives d’homogénéisation du monde cachées derrière une diversité de façade. Ce tout constitue une véritable menace du vivre ensemble conçu comme une co-construction et non comme une juxtaposition ou cohabitation, n’excluant pas sur son chemin l’existence de tensions, d’obstacles et des questionnements liés à soi, à l’autre et au monde. Face à ces dérives et menaces, il convient de proposer un tout complexe pensé et conçu au pluriel.

Dans cette perspective, les prochaines recherches interculturelles auront comme question centrale : en quoi l’éducation au pluriel (à la diversité, à l’altérité, à la reconnaissance et au dialogue interculturel) constitue-t-elle une réponse à l’affaiblissement du faire ensemble, à la xénophobie, à l’hétérophobie, à la mixophobie et à l’ethnocentrisme ?

Ce n’est pas le sens durkheimien de l’éducation qui sera retenu, ici, mais celui élaboré par B. Charlot (2012) pour qui l’éducation renvoie à un triple processus : hominisation, socialisation et subjectivation. A ces composantes sera rajoutée la notion d’intersubjectivation. Par ailleurs, si aujourd’hui plusieurs recherches mettent davantage l’accent sur l’altérité, il importe de préciser que dans le cadre de ce projet seront pris en considération et articulés dans le processus du faire ensemble que les marcheurs constitueront en marchant (Machado), trois moments complémentaires :

  • la mise en altérité,
  • le rapport à l’altérité
  • l’altération

Pour appréhender la question centrale de ce projet, quatre registres seront mobilisés : le paradigme de l’interculturel critique (Abdallah-Pretceille, 1997, 1999, 2003, 2004 ; Camilleri, 1995 ; Clanet, 1990 ; Alaoui 2014 ; Alaoui et Tupin 2013), le paradigme de la complexité (Morin, 1999, 2000, 2017 ; Morin et Le Moigne, 2007), l’interactionnisme symbolique (Strauss, 1992 ; Goffman, 1994 ; Le Breton, 2004 ; Queiroz et Ziotkowski,1994) et le constructionnisme social (Gergen, 2001). Ces recherches empiriques serviront d’appui pour contribuer à la construction d’un cadre épistémologique, théorique et conceptuel de l’interculturel critique.

Sous-thème 1B - Apprentissages en contextes multilingues et éducation au plurilinguisme                             

A la croisée des travaux en sociolinguistique (Prudent ; Souprayen-Cavery), en didactique du plurilinguisme (Wharton, Tupin ; Ollivier ; Coste, Zarate & Moore ; Candelier) et en didactique du FLS dans les contextes d’Afrique francophone Subsaharienne (Maurer ; Altet, Paré Kaboré & Sall ; ELAN : 2014), le projet envisage d’étudier l’éducation et l’apprentissage sur des terrains marqués par une forte pluralité linguistique.

Ancrées en sociolinguistique et didactique des langues, les recherches rattachées à ce sous-thème porteront sur l’enseignement-apprentissage des langues en général et du français langue seconde en particulier, avec une priorité pour les pays d’Afrique sub-saharienne et une forte centration sur la zone Sud-Ouest de l’Océan indien dans la lignée de projets tels que ELAN (Écoles et langues nationales en Afrique) et OPERA (Observation des Pratiques Enseignantes dans leur Rapport avec les Apprentissages des élèves) à La Réunion. Ces recherches s’intéresseront aux réalités et représentations liées a) aux normes, à la maîtrise du français appris/enseigné et aux pratiques enseignantes ; b) aux réformes curriculaires, aux approches méthodologiques et aux manuels scolaires ; c) à la prise en compte des langues nationales/locales et à l’articulation langues premières/français langue de scolarisation.

Au-delà de ces études qui viseront essentiellement les apprentissages en milieu pluriel en proposant de possibles interventions, le sous-thème 1B rassemblera des recherches sur le développement des compétences plurilingues et interculturelles des apprenants, notamment au niveau européen, à travers des études portant sur les approches dites plurielles (Candelier et al., 2007, 2012), en particulier l’intercompréhension (Ollivier & Strasser, 2013) et l’apprentissage de langues communautaires à La Réunion.