Projet MAY-Ecole 2020

Etat des savoirs sur l’école à Mayotte 

 

Interfaces

Ecole et société(s) inclusives

Etat des savoirs à La Réunion et Mayotte

 

Présentation du projet MAY-ECOLE 2020

Le projet vise à mieux comprendre les problématiques et les enjeux de l’école primaire à Mayotte, à partir d’une pluralité d’approches renvoyant aux rapports aux savoirs et aux questions d’enseignement-apprentissage, notamment en contextes multilingues.

 

Membres Icare impliqués : Maryvonne Priolet (responsable.), Philippe Charpentier, Fanny Dureysseix, Gaëlle Lefer Sauvage

Enseignants du CUFR de Mayotte impliqués : Sophie Gruselle (PREC français), Miki Mori (MCF en sciences du langage), Jean-Jacques Salone (MCF en sciences de l’éducation et en mathématiques appliquées)

Partenariats 

Education Nationale (vice-rectorat de Mayotte)

 

Contexte de la recherche 

Mayotte, département français ayant, selon les statistiques de l’Insee 2017, la plus forte croissance démographique, accueille chaque année un nombre croissant d’élèves. Aux questions liées aux infrastructures nécessaires pour scolariser tous ces enfants et à celles concernant le recrutement des personnels pour dispenser les enseignements, s’ajoutent des questions liées aux changements, y compris langagiers, opérés dans les écoles depuis la départementalisation de Mayotte en 2011. Dans ce contexte où les enjeux du système éducatif sont importants (le taux d’illettrisme est supérieur à la moyenne nationale), les travaux de recherche portant sur l’école à Mayotte sont peu nombreux.

Créée en 2017 pour former les futurs professeurs des écoles à Mayotte, l’équipe d’enseignants-chercheurs de Mayotte intervenant dans le Master MEEF va apporter sa contribution en réalisant et en réunissant dans un même ouvrage un ensemble de travaux de recherche permettant, à travers une pluralité d’approches, de mieux comprendre l’école primaire à Mayotte. L’objectif de ce projet est donc, sans évidemment prétendre à l’exhaustivité, de dresser un état des savoirs des pratiques des enseignants de l’école primaire à Mayotte à l’aube des années 2020.

 

Cadre théorique

Il s’agit de questionner un même objet d’étude « l’école primaire » en mobilisant des cadres théoriques différents selon les questions traitées par les chercheurs dans les différents chapitres.

La pluralité d’approches renvoie ainsi à une pluralité de cadres théoriques empruntés à :

  • la didactique du plurilinguisme (Moore, Castellotti, Dabène), avec une approche ethnographique de la classe de langue (Cambra Giné), et une analyse interactionnelle (Py, Mathey, De Pietro, Vasseur, Lüdi, Moore),

  • la didactique des disciplines, notamment la didactique des mathématiques avec la théorie des situations didactiques (Brousseau) pour questionner le concept de dévolution,

  • la didactique professionnelle (Pastré) pour aborder la question du développement professionnel des enseignants à Mayotte.

D’autres références seront également mobilisées, en lien avec :

  • la contextualisation (Sauvage Luntadi et Tupin, 2012 ; Wallian, 2018),

  • l’analyse des pratiques enseignantes (Vinatier et Altet, 2008) et le travail partagé (Marcel, 2007),

  • l’appropriation des outils numériques (Rabardel, 1995), le travail documentaire et le recours aux ressources des enseignants (Gueudet et Trouche, 2010), (Priolet et Mounier, 2018) et le concept de médiation (Bruner, 1983).

 

Problématisation et hypothèses

Alors que vient d’être créé en 2017 le premier Master à Mayotte, le Master MEEF des Métiers de l’Enseignement, de l’Éducation et de la Formation, il s’agit d’interroger les spécificités de l’enseignement dans le 1er degré à Mayotte et leur portée, puis d’analyser les enjeux prioritaires d’une potentielle contextualisation de la formation des enseignants. Pour ce faire, trois grands volets seront considérés :

  • À partir des travaux menés sur les classes plurilingues et les interactions en leur sein, la gestion enseignante de l’alternance codique en classe sera analysée tout autant que les raisons de ces changements, tant par l’enseignant que par les élèves.

  • La question de la scolarisation des élèves en situation de handicap est également posée à travers les représentations et les pratiques des enseignants d’ULIS et des outils qu’ils mobilisent au sein de l’école (dans le prolongement du colloque VSI organisé à Mayotte sur ce thème en octobre 2018).

  • Il s’agira aussi de questionner plus largement le recours aux ressources des enseignants du 1er degré, à la fois pour la conception et dans la réalisation de leur enseignement à Mayotte, en se demandant s’il existe une spécificité mahoraise en la matière. Plus largement, concernant ce dernier volet, il s’agira de s’interroger sur l’enseignement-apprentissage à Mayotte, en choisissant pour entrée le domaine des mathématiques.

En partant de l’hypothèse d’une possible “spécificité mahoraise” des pratiques scolaires et enseignantes au delà de simples particularités locales, et des investigations menées auprès des acteurs de terrain, l’équipe souhaite contribuer  au développement de l’état des savoirs sur les pratiques enseignantes à Mayotte, en vue d’adapter les contenus de formation des enseignants.

 

Méthodologie et perspectives d’analyse

Méthodes de recueils de données

  • Questionnaires (auprès des étudiants professeurs des écoles stagiaires 1ère année au CUFR) pour mieux comprendre les projections professionnelles des futurs professeurs des écoles stagiaires.

  • Entretiens semi-directifs et questionnaires auprès d’une cinquantaine de directeurs d’écoles et d’enseignants chargés de classe (pour caractériser le contexte d’enseignement-apprentissage).

  • Observations in situ et entretiens d’auto-confrontation dans des classes du 1er degré, pour les études suivantes : le recours aux ressources, les interactions en classe (observations) et la gestion, par l’enseignant, des changements de langue (entretiens d’auto confrontation).

  •  

Perspectives d’analyse

  • Volet quantitatif / questionnaires (analyse statistique et analyse des écarts possibles entre le dire et le faire (Lahire).

  • Volet qualitatif / observation et entretiens (analyse de contenu, Bardin) à partir des concepts retenus pour l’analyse.  

 

Terrain investigué 

Public concerné : (sur la base du volontariat)

  • 50 directeurs d’écoles élémentaires (dans 50 écoles publiques réparties équitablement sur l’ensemble du département, et entre les circonscriptions).

  • Une vingtaine d’enseignants d’écoles élémentaires en classes ordinaires, titulaires ou contractuels, niveaux d’enseignement :  CP au CM2.

  • Enseignants en dispositifs ULIS, titulaires ou contractuels.

  • Enseignants en cycle 1, écoles maternelles.

  • Les 168 professeurs des écoles stagiaires 1ère année, étudiants au CUFR pour l’année universitaire 2018-2019.

 

Résultats attendus / Retombées

  • Mieux comprendre l’inscription temporelle des futurs professeurs des écoles dans le système éducatif de Mayotte et dresser un état des savoirs (non exhaustif) sur les pratiques d’enseignement-apprentissage dans les écoles à Mayotte. La perspective est de pouvoir informer différents acteurs impliqués dans le fonctionnement de l’école et de poursuivre dans cette voie, pour d’autres travaux de recherche complémentaires.

 

Perspectives de valorisation

  • Production d’un ouvrage collectif (Etat des savoirs) : « L’école primaire à Mayotte » ou « MAY-ECOLE  2020 ».